fbpx
Société

Gilets jaunes, une responsabilité partagée.

10 décembre 2018

author:

Gilets jaunes, une responsabilité partagée.

La parole d’Emmanuel Macron est attendue ce soir à 20 heures. Si le chef de l’État a promis en off des annonces étonnantes, d’ores et déjà, un acte V est prévu samedi prochain sur les Champs-Élysées. Un sentiment où la technocratie semble avoir remplacé la démocratie. Pour les manifestants, il faut organiser un référendum sur les mesures fiscales et pour les plus radicaux, le Président doit partir.

Une situation qui s’envenime et qui commence à agacer bon nombre de Français. Ceux que l’on entend pas mais que l’on surnomme les foulards rouges estiment que ce climat insurrectionnel a assez duré. On assiste aussi à une réflexion collective des médias et éditorialistes qui – à défaut de reconnaître qu’une surexposition accordée à une minorité est illégitime – se demandent si l’avalanche de fake-news relayées sur leurs antennes, les appels à la violence et l’absence notoire de contradicteurs n’auraient pas contribué à la radicalisation du mouvement.

Il va s’en dire que oui. Les médias ont une responsabilité importante dans les violences qui ébranlent le pays depuis un mois. Sous prétexte d’informer, dans le feu de l’action, ils nous ont bombardé d’émissions spéciales, d’images spectaculaires tournant en boucle sur les chaînes d’information en continu, attisant la colère et mettant de l’huile sur le feu.

[totalpoll id=”5257″]

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR