fbpx
Politique

Le parrain.

4 octobre 2018

author:

Le parrain.

Il n’y a pas de crise politique s’est défendu Emmanuel Macron au Salon de l’automobile. À la suite de l’arrestation du braqueur multi-récidiviste Redoine Faïd, on peut lui donner raison. La bonne continuité des services de l’État assurée au gré des vagues, ne remet nullement en cause le fonctionnement du régime démocratique et de ses institutions. On assiste plutôt à une crise gouvernementale.

Si le patriarche Gerard Collomb se dit soucieux de rejoindre ses électeurs, il voit là l’occasion de quitter le navire de la Macronie se rapprochant des côtes. Certes, la méthode employée est inélégante. Mais en politique tout est permis et la morale est à bannir. Une trahison pour le Président qui n’est autre qu’un juste retour de bâton. Après avoir poignardé le père en 2017, Jupiter se voit tordre le bras par son fidèle. On dit que l’amour dure 3 ans… Le temps d’une campagne présidentielle ponctué d’un tour furtif place Beauvau.

Tel un vieux briscard expérimenté, l’ex-ministre de l’intérieur va sagement retrouver son fauteuil de Maire restitué par l’actuel et intime Georges Képénékian.

La transition incombe désormais au Premier ministre Edouard Philippe, qui devra impérativement soumettre une figure connue des Français pour redonner de la cohésion à un exécutif qui -depuis l’affaire Benalla et le départ de Nicolas Hulot – l’a perdue.

[totalpoll id= »4293″]

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR