fbpx
Politique

Evry, c’est fini.

27 septembre 2018

author:

Evry, c’est fini.

Il n’aura pas laissé grande trace dans la vie politique française, en témoigne son échec aux Primaires du Parti Socialiste face à Benoit Hamon. Manuel Valls a donc décidé de tenter sa chance de l’autre côté des Pyrénées.

Remarqué ces dernières semaines pour son absentéisme au sein de l’hémicycle, l’ex-locataire de Matignon ne doit pas oublier que son élection résulte d’une non-présentation d’un candidat LREM. Rescapé in extremis d’une mort aussi soudaine que précipitée, on a les hommes politiques que l’on mérite. Abandonnant de facto ses fonctions, il joue individuellement quand bien même il ne cessait de répéter : « Mon pays, c’est la France ».

Les Évryens se sentent trahi et les Français sont révoltés de payer les frais du député de l’Essonne, visiblement plus préoccupé par sa carrière que siéger à l’Assemblée défendre ceux qui l’ont élu. Si le maire Barcelonais Ada Colau est assuré d’être qualifié, le pari s’avère risqué car Valls ne jouit d’aucune dynamique dans les intentions de vote. Une « claque » au sens propre et figuré.

Sous la bannière du parti pro-européen et anti-indépendantiste Ciudadanos, l’ex Premier ministre devra impérativement réussir à rallier le Parti Socialiste pour l’emporter, alors qu’il n’ait jamais parvenu à le faire dans son propre gouvernement.

[totalpoll id= »4307″]

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR