fbpx
Justice

Liberté conditionnelle.

7 mars 2019

author:

Liberté conditionnelle.

C’est accompagné de plusieurs policiers et vêtu : d’une casquette, de larges lunettes et d’un masque sur le bas de visage (lui donnant un air d’ouvrier de voirie) que Carlos Goshn a quitté hier – à la surprise générale – la prison de Tokyo. Une libération sous caution de 8 millions d’euros et une privation de liberté qui aura duré plus de cent jours.

Le chiffre important à retenir, n’est pas la période durant laquelle l’ex-PDG de Nissan et Renault a été retenu, mais la somme astronomique de sa libération. Si vous êtes riche, vous sortez ; pauvres, vous croupissez.

Pas d’échange d’e-mails, d’accès à Internet, un téléphone doté de la seule fonction appels, historique contrôlé, aucun ordinateur personnel, caméras installées à l’entrée de sa maison et l’interdiction formelle de rencontrer les protagonistes de l’affaire : un régime très surveillé digne d’une prison à ciel ouvert.

Le système judiciaire Nippon a révélé au monde son extrême dureté (qualifiée de « justice de l’otage » par l’avocat du dirigeant déchu). Mais ne nous sommes-nous pas trop habitués en occident, à voir nos détenus bénéficier d’une télévision, de promenades régulières, d’ateliers collectifs ou remises de peine… La prison, ce n’est pas le Club Med !

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR