fbpx
International

Je lui dirai les mots bleus.

14 novembre 2018

author:

Je lui dirai les mots bleus.

Non, ce n’est pas de Christophe dont il est question, mais des tweets sanglants de Donald Trump à l’égard d’Emmanuel Macron. La fin d’une idylle que les médias avaient appelé “bromance”. Il est de coutume de dire que l’amour dure trois ans. Mais avec ce président, aucun sentiment n’a sa place dans le milieu des affaires.

S’il affirma que les Français commençaient déjà à apprendre l’allemand avant que les Etats-Unis n’arrivent, rappelons que notre pays les a – jadis – financés dans leur Révolution.

Son dernier message : “Make France great again” illustre bien le paradoxe de sa politique. D’un côté, Trump souhaite voir une plus forte contribution de l’Europe au sein de l’OTAN et réduire son engagement dans la protection du vieux continent. De l’autre, il jalouse l’aspérité de ses alliés par les propos – certes maladroits – de Macron à construire une armée Européenne.

De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas. Le meilleur ami d’hier se doit aujourd’hui de devenir son pire ennemi. Après le rétablissement unilatéral des sanctions iraniennes, l’augmentation des taxes douanières et la sortie des États-Unis des accords de Paris… L’Europe se doit d’appliquer à la lettre la doctrine du président à savoir : retrouver sa grandeur et son indépendance.

[totalpoll id=”4310″]

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR