fbpx
International

Dos à dos.

24 septembre 2018

author:

Dos à dos.

Malgré un sourire de façade, les exigences de Theresa May demeurent importantes. Un Brexit sous condition qu’a rejeté d’une seule voix l’ensemble des 27. En résulte un cours de la Livre qui plonge, une estimation de croissance en baisse et un taux de chômage à 10 %. Cet échec qualifié d’humiliation par les médias Britanniques a déjà des conséquences concrètes : chute de l’immobilier, désertion de la City et des entreprises fuyant le territoire.

Pour l’heure, aucun nouveau référendum n’a été annoncé. Le Royaume-Uni sortira bien le 29 mars prochain : avec ou sans accord. Si le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker métaphorise les rapports UE et Grande-Bretagne comme « deux hérissons qui s’aiment », on observe la Norvège et la Suisse qui s’acquittent d’une contribution annuelle pour accéder au marché unique. Il en sera de même pour les Anglais.

De plus, la tentation isolationniste de l’allier américain balaye tout espoir d’un corridor économique transatlantique alternatif. Les statuts de l’Irlande du nord, du port de Douvres et des migrants à Calais augurent d’intenses tractations diplomatiques dans l’attente d’un accord qui devra impérativement être trouvé. La Première ministre se retrouve isolée sur le plan international et intérieur. Ses jours sont désormais comptés.

[totalpoll id= »4321″]

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR