fbpx
Économie

Love is Goshn.

18 janvier 2019

author:

Love is Goshn.

Qui mieux que les Japonais peuvent entretenir votre Carlos Goshn ? Après un soutien du bout des lèvres du Ministre de l’Économie Bruno le Maire, suivit d’un silence assourdissant de l’État Français ces dernières semaines, la position de la France semble avoir changé : l’actuel PDG de Renault est désormais publiquement lâché.

Certes, le Ministre s’est défendu en invoquant la longue période de turpitude que traverse actuellement le constructeur. On ne peut cependant s’empêcher de penser que l’État Nippon est aujourd’hui en passe de gagner son cynique pari : destituer l’un des patrons les plus puissants du monde, afin de récupérer tout ou une partie de Nissan (détenue aujourd’hui à 44% par Renault, de facto l’État Français à raison de 15%).

Mais l’Empire du soleil levant tombe sous le feu des critiques en raison des conditions de détention du ressortissant français. Nourrit exclusivement de riz et d’orge, dormant lumière allumée, positionné face au gardien, allongé sur quelques tatamis, forcé à rédiger des aveux pour être remis en liberté, privé de ses médicaments… la Communauté internationale devrait s’indigner de tels traitements contraires aux droits de l’Homme et indignes d’une grande puissance.

Cela va s’en dire, depuis que l’ex-patron de Renault-Nissan-Mitsubishi a élu en 2012 domicile aux Pays-Bas, un tel revirement de la France semble être une réponse apportée en demi-teinte.

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR