fbpx
Économie

Qui l’eut cru.

28 février 2019

author:

Qui l’eut cru.

Le Salon de l’Agriculture bat son plein Porte de Versailles à Paris. Dans le même temps, on apprend qu’une victoire – non négligeable – vient d’être remportée par les lobbyistes du vin. Si le journal Libération s’interrogeait l’été dernier quant à la présence probable d’une lobbyiste parmi les conseillers d’Emmanuel Macron, hier soir, c’est le magazine « Complément d’enquête » qui est revenu sur le détricotage progressif de la loi Evin. Une clarification… pour ne pas dire un assouplissement est en marche.

Un billet adulte donnant droit à des boissons alcoolisées : l’idée est venue de la députée LREM Perrine Goulet (auteure du rapport sur le financement des politiques sportives en France). Le parallèle douteux entre le travail de réflexion sur les effets de la loi visa-vis de la consommation d’alcool dans les stades et les dotations en baisse de l’État auprès des associations, laisse à penser qu’au nom l’argent, ce pays est prêt à enterrer sa politique de santé publique. 

On se souvient de la déclaration ahurissante du Ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, qualifiant le vin d’une boisson « pas comme les autres » et d’autres qualificatifs (traduisez éléments de langage) comme : produit culturel ou du terroir. L’ivresse du pouvoir et un sempiternel débat décidément vieux comme la vigne. 

Juste avant de lire cet article...
 
VOUS POUVEZ ENCORE REJOINDRE LE CAFÉ DES ÉDITORIALISTES.
Vous allez recevoir des messages chaque jour comprenant des documents inédits jamais dévoilés sur ce site et les réseaux sociaux :
Continuer vers l'article
close-link
Edito.

GRATUIT
VOIR